Un raid nocturne pour 3 de CASA

Classé dans : ACTUS | 0

49° édition du Puy Firminy – 68 km

Stéphanie a déposé Raymond en voiture du côté de Monistrol. Il viendra à notre rencontre et finira la course avec elle.

21H30, le bus nous emmène jusqu’au Puy En Velay. Une heure de route silencieuse où chacun est déjà un peu dans sa course.

Au Puy, nous avons le temps de bien nous préparer. Les vestiaires sont cette année bien remplis : plus de 500 coureurs et randonneurs sont inscrits ( record battu ).

23H45, il est temps de sortir pour le départ. La météo est favorable : pas de pluie ni de neige. Les routes et les chemins seront secs.

Je souhaite bonne course à Stéphanie. J’installe mes écouteurs ( la musique ne me quittera pas de la nuit ) et le départ est donné.

La première partie de la course qui nous amène jusqu’à Malrevers passe vite. Je connais bien le parcours et arrive au premier ravito en 1H05. Le temps de faire tamponner ma feuille de route et c’est reparti.

Au 15° kilomètre je croise Raymond. Après quelques mots et encouragements échangés, je poursuis jusqu’à Beaux, où sa  » célèbre  » soupe m’attend : il est 2H47.

La partie suivante jusqu’à Confolent sera plus compliquée à gérer. Les cuisses qui font mal et la solitude totale entament mon moral. J’apprécie la chaleur du « bistro » où a lieu le ravitaillement.

La forme revient et je trouve un bon rythme de course. Je rencontre deux coureurs avec qui le temps a l’air de passer plus vite.

Après une pause rapide à Monistrol sur Loire, je sais qu’il ne reste plus que deux difficultés!! : la longue montée jusqu’à la chapelle d’Aurec ( où je pointe à 6H05 ) et celle jusqu’au ravito de Lafayette où je refuse cette fameuse crêpe qui chaque année me fait envie.

Il ne me reste plus qu’à dévaler jusqu’à Firminy. Les jambes me font mal mais je peux encore courir. Il est 7H43 quand j’en termine, satisfait de n’avoir pas subi la course comme l’année précédente.

Je me suis fait plaisir et serai là pour la 50° édition. Stéphanie termine en 10H30 je suis content qu’elle soit allée au bout….

Bruno

Ma  1ère grande distance !

ca aura été :

  • 4 semaines d’entraînements : des randos en montagne, des courses sur les chemins de CASA, des siestes, du bol d’air Jaquier, de la méditation,  et une alimentation saine. Des  ingrédients, purs, pour une  préparation tout en douceur et  un résultat optimal
  • Une nuit pas comme les autres
  • De belles énergies

_ _ _ _ _ _ _

Départ donné à minuit, et c’est avec Bruno que je commence la course. On se souhaite bonne chance, avec à chacun son objectif. Je sais qu’il finira loin devant moi !

Je pars très doucement, avec un nœud au ventre, aie ! ça je le savais, j’ai trop mangé h-5 ! puis très vite une douleur inopinée à la jambe. Je me concentre sur mes bobos qui finalement finiront pas s’étioler et  disparaître totalement.

Le serpentin de lumière  crée par les coureurs s’étale rapidement pour se dissiper totalement vers le 5ème kilomètre. Les coureurs se font rares. Je ne sais pas ou je me situe mais il y’a encore du monde derrière moi ! Très vite je me retrouve seule et là je sais qu’il va falloir être plus vigilante sur le balisage.

Au 11ème kilomètre, premier ravito, arrêt obligatoire puisqu’ici on fait tamponner sa carte. Pas de dossard, pointage à l’ancienne. On fait un peu la queue. Puis je prends le temps de boire un thé chaud bien sucré. Glagla je commence à avoir froid, je me suis arrêtée trop longtemps.

C’est au 15ème kilomètre que je retrouve Raymond qui est arrivé en sens inverse de Monistrol et déjà 50 kilomètres dans les jambes pour lui !

C’est donc ensemble que nous poursuivons l’aventure. ! Et heureusement car nous passons les bois seuls sans aucun autre coureur.  A deux on se pose moins de questions, et puis on discute et le temps passe plus vite. Nous manquons même une balise  mais c’est sans angoisses que nous repartons sur le bon chemin.

4h00 : pointage et ravito à Beaux :  29ème  kilomètre – et là c’est le grand repas ! une soupe nous attend, miam !

5h puis 6 h du matin, j’ai le coup de barre. L’envie de dormir peut être !  J’ai hâte d’être au prochain ravito. En tout, ça sera 6 ravitaillements tout de même mais nécessaire pour se réchauffer, manger et repartir en meilleure forme.

8h : 53ème  kilomètre – Malgré un rythme plus lent, et l’apparition de douleurs sur le côté des cuisses,  je me dis que l’arrivée à 10h30 est possible.

9h : 59ème kilomètre – Ma montre GPS vient de s’éteindre. J’ai la 2ème mais qui ne prend que le chrono. Je tente d’estimer les distances qu’il me reste. A ce moment là, les descentes se font de plus en plus cassantes,  les douleurs se sont bien installées et les montées en deviennent un soulagement !

Arrivée sur Firminy il me reste encore 2 km pour terminer le parcours. Je retrouve une énergie, une envie de finir et vite. Je me mets même à courir sur les dernières montées. Et j’arrive à la table de pointage à 10h30 chrono en main super ravie.

Voilà un beau défi réussi !

Et encore un grand merci à toi Raymond pour m’avoir accompagnée sur cette belle aventure.

Stéphanie
33ème         Bruno ANDREU 07:42:00
155ème       Stéphanie BORGET 10:30:00
                   Raymond BRUCKNER 10:30:00

Laissez un commentaire